Bienvenue sur notre site

https://www.mimagnier.fr

 

  Avant de post-traiter 

 

 Etape 1.5  
         Si l'étape 1 est la prise de vue, et si l'étape 2 est le post-traitement, il manque une étape primordiale entre les deux étapes.
         C'est pourquoi, j'ai appelé cette étape l'étape  1.5 : celle qui consiste à analyser son travail de prise de vue.
         C'est le point faible de trop nombreux photographes : être capable de juger et sanctionner son propre travail.
         Pourtant cette étape a deux atouts très importants :
- elle fait gagner du temps en éliminant les clichés inutiles
- elle fait progresser le photographe qui va vite comprendre ce qu'il faut faire à la prise de vue pour éviter un maximum de déchet et de temps perdu en post-traitement. 
 
Analyse des images à traiter  

         Exemple avec les fous de bassan : les oiseaux passent à portée d'objectif dans un désordre absolu. Shooter devient très vite difficile pour avoir des résultats.

         La chute est énorme dans les clichés. Y-a-t-il au moins une ou deux bonnes prises ?

         La loi est d'être strict sur les défauts rédhibitoires : les mauvais clichés DOIVENT être tués dé-fi-ni-ti-ve-ment !

 

 
Analyse
Sélectionner les images  

         Après l'analyse il convient de trier parmi les clichés restants lesquels seront à traiter pour  publication.

         Lightroom sait très bien faire ces 2 fonctions avec le module Bibliothèque.

         Photoshop sait traiter des images individuelles. Il n'est pas prêt à faire cette action seul. Mais, il dispose d'un outil efficace : Bridge. Sinon, utiliser des moyens parallèles, mais c'est beaucoup plus long et plus fastidieux.

         

 
Sélection
Pourquoi toujours Etape 1.5 ?  
         Après avoir « inventé » l'étape 1.5 soi disant aussi importante, pourquoi ne pas avoir modifié et lui avoir rendu un ordre à la mesure de l'enjeu ?
 
         Si la pratique de cette étape est INDISPENSABLE et doit TOUJOURS se faire, elle ne se fait jamais individuellement. Sinon, très rarement.
         Au fur et à mesure qu'on détecte les anomalies, les petits défauts, etc, on les corrige !
        Dès qu'on a un minimum d'expérience, on se donne une sorte de procédure pour voir tous les points essentiels dans un ordre régulier. Car, on sait vite que quelques coups de souris suffisent généralement pour corriger. Et c'est d'autant plus vrai qu'on progresse très vite autant dans la phase de prise de vue que dans la phase de post-traitement.