Vous êtes ici : Site de Michel MAGNIER > Ile Maurice > Indian Hotel >

Indian Hôtel


L'arrivée à Indian Hôtel

          On n'en finit pas d'arriver à l'Indian Hôtel. Venant de l'aéroport, on suit la côte sud jusqu'à un petit col entre le Morne Brabant et la montagne intérieure.
          De là, on fait le tour quasi complet du Morne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre en longeant de magnifiques hôtels dont on ne voit ... presque rien ! Puis après un nième virage à 90 degrés, on arrive devant une grande grille blanche sans attrait particulier.
          En revanche, le rond point devant la réception ravive le coeur dès que le regard passe le mur de valises de ceux qui arrivent ou de ceux qui partent.

Première torture
          Après les formalités d'usage, non sans avoir pris le temps de jeter un oeil sur l'environnement, nous sommes conduits à la chambre. Naturellement, comme nous avons un séjour à bas pris, nous avons une chambre au bout du bout. La jeune fille qui nous accompagne ne se doute pas du traumatisme à l'idée de retrouver son chemin dans ce dédale ! En fait, c'est très simple quand on prend les sentiers de traverse. Ouf !
Jardins de l'Indian Hôtel.

Le centre névralgique

          L'architecture de l'hôtel est déroutante : comme il s'étend sur plusieurs hectares, les différents bâtiments sont distribués autour du point central qui comprend la réception, la galerie marchande et les restaurants.

          Le restaurant principal est construit autour d'un jardin intérieur. Ce qui fait paraître chacune des parties petites par rapport à un ensemble conséquent. En fait, dans les périodes de charge maxi, on ne doit pas se rendre compte de la population totale.
          Ce centre vital est en fait un toit. Pas de murs, en apparence, sinon des baies vitrées partout ... qui ne montent même pas jusqu'au toit ! C'est vraiment ouvert aux quatre vents. Le puit de lumière (et de pluie) central est une véritable forêt vierge, avec plantes tropicales et ses oiseaux.
          Le dépaysement est complet. On voit bien que le thermomètre ne frise les +15° que par temps très très froid !
Le jardin intérieur.

Les piscines

          Une très grande piscine enveloppe le restaurant central de l'hôtel.

          Nous sommes en plein hiver et les vents forts condamnent le lagon. Alors, le plaisir de la piscine, bien à l'abris est prisé par beaucoup de clients.

          Cette piscine est plutôt réservé aux gens calmes. Les sportifs ont la possibilité de barboter dans un autre bassin, un peu plus petit, près du centre des sports intégrés : planche à voile, kite surf, plongées ...
          Une troisième piscine est intégrée au centre de remise en forme. Elle est nettement plus petite. Et elle est payante ! Donc, pendant notre séjour, nous n'y avons vu personne. En revanche, en cas de surpopulation, elle doit être très prisée.

          Noublions pas la quatrième piscine : le lagon.
La piscine principale.

Les jardins

Les jardins.
          A eux seuls, les jardin réclament une semaine complète de visite !

          Une végétation dense et légère à la fois. En effet, les allées serpentent entre les massifs de fleurs et de plantes tropicales.

          Près des cuisines, il y a même un petit jardin d'épices et d'herbes pour la cuisine : estragon , thym, coriandre, etc.



Alt Alt Alt

Les plages

La plage de l'hôtel.
          Ne pas oublier la mer !

          La plage est à 20 mètres de la piscine. Elle borde un lagon dont la profondeur moyenne est inférieure au mètre.

          Des pédalos sont à la disposition des clients de l'hôtel. Il suffit de s'inscrire en choisissant son heure. Nous avons pu en faire un tour le jour de notre arrivée. Bien nous en a pris car dès le lendemain les pédalos avaient disparu : le vent formait des vagues bien trop grosses dans le lagon.

          Victime aussi du mauvais temps : le bateau à fond de verre qui permet de visiter les entrailles du lagon : une foultitude de plantes, d'animaux aquatiques, de poissons tropicaux. Même si les vagues ne sont pas géantes, les creux qu'elles forment ne permettent pas au bateau d'être à l'abris de chocs très violent ... en tombant sur les cailloux, ce qui casse les vitres !

Alt
          Depuis la mer, l'impression est que les plages sont désertes. Les bâtiments sont tellement bien cachés derrière le mur de végétation construit par les celèbres cocotiers des images de catalogues.
          C'est vraiment un ravissement de voir comment les architectes ont réussi ce tour de passe-passe.

Encore du plaisir pour les yeux

Alt Alt Alt

Nos conclusions sur l'hôtel

          C'est un gros porteur qui n'est peut-être pas facile à vivre en haute saison pour des gens qui n'aiment pas la foule. Mais ... l'espace est tel que la population est très étalée.

          La restauration est de bonne qualité : 5 buffets en permanence : européen, local, indien, italien et chinois. On a trouvé nettement moins bien, en Egypte, par exemple. Plusieurs restaurants indépendants sont dans l'hôtel, dont un restaurant italien.

          La chambre que nous avions était une suite : deux chambres, un bloc toilette entre les deux. La chambre principale donne sur le jardin. Elle mesure environ 25m². Le confort y est bien distribué : grand lit, place pour tourner autour.
          Petit point négatif : l'entretien matériel laisse à désirer : robinet de baignoire cassé, électricité défaillante. C'est une tare de la chaine propriétaire des lieux, paraît-il.

          Le point le plus noir est l'éloignement : en effet, nous sommes au bout du bout du monde. Si cela en fait une porte du Paradis, cela n'aide pas à l'occupation des journées si on ne dispose pas de moyen de locomotion. Une voiture coûte 45 € la journée (Attention : ici, on roule à gauche !). Une sortie en taxi coûte très vite ce prix aussi.

          Situation : nous sommes au coeur de l'endroit le plus venteux de l'ile. Sur la côte ouest à 1km de là, c'est l'été.
          Eloignement : on est vraiment loin de tout. Si on ne sort pas de l'enceinte de l'établissement, cela n'a pas d'importance. Dans le cas contraire, c'est pesant.

          J'ai lu dans une revue qu'on est dans la plus jolie région de l'ile.

          Dans l'ensemble, nous recommandons cet établissement même si nous savons qu'aux alentours, il y a nettement mieux ... et nettement plus cher !



 
Ecrit et composé avec GenPh© -CopyrightDepot.com 00035368- V 2.010-5601-MMag du 26/12/2006

  Dernière modification : 19/12/2010